29 Avr 2020 - Lancement de « Staying in the TARDIS »

La BBC a mis en ligne aujourd’hui une plateforme Staying in the TARDIS qui proposera chaque semaine des activités à faire à la maison et en famille.

Vous avez toujours voulu savoir quel Docteur vous étiez ? Comment cuisiner un Dalek en cupcake ou mieux construire un Dalek en matériaux recyclé ?… Ce sont les petites astuces déjà mises ligne ! Vous retrouverez aussi des vidéos, des coloriages, des nouvelles, et d’autres surprise.

« Life at home can be an adventure too. »

https://www.doctorwho.tv/staying-in-the-tardis/

Source : Twitter BBC Doctor Who Official

Catégorie(s):
23 Avr 2020 - Double épisode de la saison 3 vendredi 24 avril

Dans la foulée du double épisode final de la saison 4, vendredi 24 avril 2020, vous êtes invité.es à renouveler l’expérience avec le visionnage d’un autre double épisode, cette fois-ci de la saison 3 : Human Nature et The Family of Blood.

Avec le #DoctorOfMine, vous pourrez suivre les tweets en live de Paul Cornell (scénariste), Charles Palmer (réalisateur) et Lor Wilson (petite fille au balon rouge).

Visionnage du premier épisode à 20h, petite pause et visionnage du 2e épisode à 21h.

Voilà les comptes Twitter à suivre :
@Paul_Cornell
@lozerrs (Lor Wilson)

Source : Compte Twitter d’Emily Cook

Catégorie(s):
23 Avr 2020 - 10 docteurs sur BBC1 ce soir

Ce soir sur la chaîne BBC One, une émission en soutien aux soignants sera diffusée avec beaucoup de surprises et d’invités, dont un message de la part de 10 Docteurs !!

The Big Night In, sera aussi la réunion de deux émissions caritatives très connues au Royaume-Uni : Children in Need et Comic Relief, auxquelles le Whonivers a déjà participé maintes fois.

Outre les 10 Docteurs, vous y retrouverez Catherine Tate (qui reprendra son personnage de Lauren avec son prof David Tennant), Matt Lucas et d’autres…

Rendez-vous donc sur BBC One à partir de 20h (heure française).

Source : BBC News

Catégorie(s): ,
18 Avr 2020 - Visionnage Final saison 4 : 2 épisodes !

Si vous découvrez seulement maintenant que le whonivers est en ébullition toute les semaines depuis le début du confinement, sachez que vous allez vivre ce dimanche 19 avril 2020 à partir de 20h (heure française), la plus magique des soirées jusqu’à maintenant.

Tout le whonivers va se réunir pour le visionnage de 2 épisodes : le final de la saison 4 « The Stolen Earth » et « Journey’s End ». Pour beaucoup, ce final a été l’apothéose de Russell T Davies et de Doctor Who tout court, puisqu’il faisait un crossover entre les 3 séries du whonivers : Doctor Who, Torchwood et The Sarah-Jane Adventures, réunissant le casting parfait, une fin du monde avec les Dalek et faisant voler le TARDIS sans secousses !

Prenez bien note du programme que Russell T Davies vous réserve pour dimanche :

18h – bonus original créé par RTD spécialement pour ce jour
20h – The Stolen Earth
21h – Journey’s End
21h34m51s – tweeter avec RTD et Davros « detonate the reality bomb« 

Le live sur twitter sera épique : Russell T Davies, Graeme Harper (réalisateur), David Tennant, Catherine Tate, John Barrowman, Freema Agyeman, Noel Clarke

Les DALEK : Nicholas Briggs, Nicholas Pegg et Barnaby Edwards

Voilà les comptes à suivre pour ne manquez aucun messages :
@LockdownWho (David et Catherine)
@FreemaOfficial
@JohnBarrowman
@russelldavies63
@GraemeHarper5
@BriggsNicholas
@NicholasPegg
@BarnabyEdwards
@NoelClarke

Préparez-vous à ressentir à nouveaux tout plein d’émotions ! Cette soirée ne nous laissera pas indemne…

Catégorie(s):
14 Avr 2020 - Lettre de Peter Capaldi pour Heaven Sent

A l’occasion du visionnage collectif ce soir, mardi 14 avril 2020, de Heaven Sent Peter Capaldi a envoyé un message à l’attention de toute la communauté Doctor Who.


Source : compte Twitter d’Emily Cook


Beans on Toast vous propose un traduction maison (n’hésitez pas à nous dire si vous voyez des erreurs ^^) :

Une lettre de Peter Capaldi.

Un épisode avec le Docteur seul avec lui-même ? C’est peut-être dû au fait que Jenna avait des tickets pour Glastonbury ? Quelle que soit la raison, j’étais là enfermé dans un château mystérieux pendant 4,5 milliard d’années. Cela s’est avéré un bon entrainement. Comme toujours avec Doctor Who, ce fut un tournage animé. Frazer Hines était venu pour une visite et nous avons posé, dans le Tardis, pour une couverture perdue du Doctor Who Annual.

A la fin d’une journée, nous avons fait une lecture de l’épisode suivant. Et en plein milieu du tournage, nous avons fait une pause d’une semaine pour des actions de promotions : le Comic Con de San Diego, de Berlin, de Londres, avant le retour à Cardiff pour filmer la scène du cadran de confession. Nous avons fait prise, sur prise (sur prise), et je n’avais toujours l’impression que c’était assez.

Heureusement pour moi, j’étais de bonne compagnie. Rachel, réalisatrice authentique, a amené ses compétences éblouissantes pour chaque scène. Le scénario de Steven : une narration merveilleusement composée et évocatrice, tellement complexe que juste au moment où vous pensez avoir percer le secret, un autre mystère apparaît. Le magnifique et ingénieux décor de Michael Pickwoad (disparut aujourd’hui), fait avec 3 sous, appelait l’imagination. Ainsi que la photographie atmosphérique de Stuart Biddlecombe.

Cet épisode est noté comme le seul avec le Docteur en solo dans toute l’histoire de la série – mais il n’existe pas d’épisode fait en solo. Il y avait une foule de talents avec moi dans cet épisode si particulier. J’aimerais tous les mentionner mais pour le moment je parlerais juste de Mark McQuoid, caméraman, dont les contributions, à cet épisode mais aussi à toute la série, ont été immenses ; des yeux de faucon de Nikk Coles, responsable des scripts ; Liam Collins non seulement accessoiriste, mais pourvoyeur de confiseries et boosteur de morale (sans parler du meilleur beau-frère) ; et Jami Reid-Quarrel, mariant sa grâce habituelle à la tâche, parfois ingrate, d’interpréter un monstre. Je n’oublie pas Scott Bates, premier assistant réalisateur, James DeHaviland, et l’équipe de runners et d’assistants. Ils/elles et plein d’autres ont fait de « Heaven Sent » ce qu’il est aujourd’hui.

J’espère que vous l’apprécierez. Et faites attention au fantôme de Roger Corman.
Tous mes vœux depuis le cadran de confession.

Peter Capaldi

Catégorie(s):
13 Avr 2020 - Heaven Sent mardi 14 avril à 21 heure

Pour fêter l’anniversaire de Peter Capaldi, vous êtes invité.es à regarder l’épisode « Heaven Sent » le mardi 14 avril 2020 à 21 heure.

Seront en live sur Twitter : Steven Moffat, Jami Reid-Quarrell (the Veil) et Rachel Talaley (réalisatrice).

Vous pourrez suivre les messages avec le #HellofaBird

Une autre surprise vous attendra demain, Emily Cook partagera sur son compte Twitter un mot de Peter Capaldi

Venez ensuite discuter de l’épisode sur le forum !

Catégorie(s):
11 Avr 2020 - visionnage de « The Doctor’s Wife » le 11 avril

Après une petite semaine tranquille, les visionnages collectifs reprennent ! Ce soir à 21 heures (heure française), vous êtes invité.e à regarder « The Doctor’s Wife » (saison 6) épisode écrit par Neil Gaiman.

Vous retrouverez Neil Gaiman en live sur Twitter, accompagné de l’acteur Michael Sheen (vu récemment dans Good Omens avec aussi David Tennant) et du réalisateur de l’épisode, Richard Clark.

Vous pourrez suivre tous les tweets avec le #BiggerOnTheInside

Venez ensuite commenter votre (re)visionnage sur le forum.

Catégorie(s):
03 Avr 2020 - The Eleventh Hour ce soir à 20h

On ne change pas une organisation qui gagne, Emily Cook (et nous) vous convie à regarde « The Eleventh Hour » vendredi 3 avril 2020 à 20h (heure française).

Vous pourrez suivre le live sur Twitter avec le #FishCustard et BOT évidemment (rappel de notre Twitter : @BeansOnToast_FR).

Pour vous divertir ce soir seront présents : Steven Moffat, Matt Smith, Karen Gillan, Arthur Darvill et Adam Smith (réalisateur).

Matt Smith @LockdownWho
Karen Gillan @karengillan
Arthur Darvill @RattyBurvil
Steven Moffat @StevenWMoffat
Adam Smith @flatnosegeorge

Tous les bonus qui pourront êtres offerts ce soir seront regroupés dans le topic de l’épisode, donc si vous ne puvez pas être là ce soir, vous aurez quand même de quoi vous réjouir !

Catégorie(s):
30 Mar 2020 - Visionnage de « Vincent and the Doctor » le 30 mars 2020

Ce soir, le whonivers vous propose de regarder l’épisode « Vincent and the Doctor » de la saison 5, à l’occasion de l’anniversaire de Vincent Van Gogh.

Dès 20h, lancez votre épisode et rejoignez les fans sur Twitter avec le #TheUltimateGinger .

Après Steven Moffat et Russell T Davies, ce visionnage va rassembler du beau monde : Richard Curtis (scénariste), Emma Freud (productrice), Tony Curran (Van Gogh), Karen Gillan (Amy), Matt Smith (the Doctor) et Bill Nighy (Dr Black le guide du musée)… rien que ça !

Attention, ils sont tous leur compte Twitter, sauf Matt Smith et Bill Nighy, qui livetweeteront depuis ce compte : @LockdownWho.

N’hésitez à venir poster vos impressions sur le topic du forum juste après !

Catégorie(s):
29 Mar 2020 - Le prequel de Rose par Russell T Davis traduit en français.

Jeudi 26 mars 2020, Russell T Davies nous a offert un prequel à l’épisode « Rose » juste avant un visionnage mondiale de l’épisode par tous les fans. Cette nouvelle « Doctor Who and the Time War », écrite il y a quelques années, a été éxumée et partagée par l’ancien showrunner, pour la plu grande joie des fans.

Beans On Toast vous propose une traduction libre (non professionnelle) du texte d’introduction et de la nouvelle et nous remercions chaleureusement Léa pour son travail. Vous pouvez toujours la lire en anglais sur le site de la BBC.


Ceci n’était jamais sensé exister.

Il y a un moment, peut-être début 2013, Tom Spilsbury, l’éditeur du Doctor Who Magazine, ’a demandé si je voulais contribuer au numéro spécial 50 ans du DWM. En abordant peut-être le grand trou dans l’univers de Doctor Who : comment le Huitième Docteur s’est-il régénéré en Neuvième ?

J’ai dit, oui, non, mais n’est-ce pas mieux si c’est laissé à l’imagination ? Si j’écris un script, ça serait trop réel, trop fixé, trop canon. Mais Tom n’est pas du genre à abandonner. Il m’a dit ok, et si tu écrivais, disons, les dernières pages d’un roman Target sur les derniers jours de la Guerre du Temps ? Les derniers moments du Docteur. Et on pourrait les présenter comme un fragment subsistant du Roman Qui N’A Jamais Été, il existerait dans cet espace à moitié réel des spin-offs, possible mais pas factuel, juste légèrement canon, selon ton choix. Ok Tom. Vil tentateur. J’en suis.

Donc j’ai écrit ce texte. Il commence même au milieu d’une phrase, comme si tu avais juste tourné la page. Lee Binding créa une magnifique couverture. Nous étions excités ! Et puis Tom a dit, je ferais mieux d’en parler à Steven Moffat, juste au cas où…

Oh, a dit Steven. Oh. Comment aurions-nous pu le savoir ? Que Day of the Doctor pouvait contenir un Docteur supplémentaire, un Docteur de le Guerre ? Et Steven ne nous avait même pas parlé de Night of the Doctor, il a gardé la surprise totale sur cette régénération ! Il a juste dit désolé, pouvez-vous mettre de côté toute cette partie ? J’ai accepté, offusqué, je suis allé au lit et je lui ai dit que il dormirait sur le canapé cette nuit.

Et donc cette idée a été étouffée dans l’œuf. Jusqu’à 2020. Quand un virus digne de la science-fiction est venu changer nos vies (honnêtement, j’ai écrit sur la fin du monde 100 fois, mais je n’aurai jamais imaginé que tout le monde juste assis chez eux). Emily Cook de DWM a créé le livestream de l’épisode Day of the Doctor, puis a eu l’idée de faire la même chose avec Rose, et m’a demandé si j’avais quelque chose à offrir ? Exactement au même moment, Chris Chibnall m’a envoyé un mail, me disant que nous avions besoin du Docteur plus que jamais ces jours-ci, et me demandant si je pensais à quelque chose ?

Par miracle, ce fichier existait toujours. Lee [Binding] avait toujours son illustration (naturellement, il était sous un contrat contraignant [binding en anglais], je suis tellement drôle). Et étrangement, avec du recul, c’est drôle comment les choses s’assemblent. Le Moment est décrit ici en chêne et en laiton, ce qui n’est pas loin de l’idée finale (je ne parle pas de Billie). Je me demande et je suspecte, sans le réaliser, si Steven et moi nous nous étions rapprochés tous les deux du style et du design du Huitième Docteur, peut-être… ? Plus important, l’idée a fait son chemin. Ce chapitre était mort car il était devenu incohérent dans la continuité de la série. Mais maintenant, le Treizième Docteur nous a montré des Docteurs à foison, avec des possibilités infinies.

Tous les docteurs existent, toutes les histoires sont vraies. Maintenant viens avec moi, sur les lointains écueils d’une terrible guerre, alors que le Docteur prend le Moment et change à la foi l’univers et ses régénérations…

Russell T. Davis

Doctor Who et la Guerre du Temps – Russell T Davis

mais les Daleks et les Seigneurs du Temps crient en vain, maintenant trop loin de lui pour l’arrêter. Et le Docteur demeure seul.

Il regarde dehors depuis son aire, à travers les décombres d’un millier de mondes. En dessous de lui, des fragments de la Guerre du Temps, des écueils brisés de Gallifrey et de Skaro trempant dans ces eaux mortes, bientôt pourrissant. Sa plateforme en bois craque comme la glace, à un kilomètre au-dessus des ruines du Capitole Rouge de Morbius, ses ignobles tours se fondent avec les flèches noires et friables de l’église de Yarvelling. Et pourtant, le Docteur peut encore voir des restes de la Terre. La planète a été répliquée un million de fois, devenant des balles tirées dans le crâne de l’Enfant Cauchemars, et des fragments de l’espèce humaine se sont enterrés eux-mêmes dans la terre dévastée en contrebas – des reliques de Mumbaï, des éclats de Manhattan, une satire du Vieux Londres. Souvenirs de jours meilleurs.

Le Docteur baisse son regard. Son squelette est étendu à ses pieds. Ses os se transforment en poussière et elle s’en va. Le Docteur lève son regard.

En face de lui, à l’extrémité de la plateforme, une poignée en laiton, montée sur un simple boîtier en chêne ; c’est la seule extrusion du Moment subsistant dans ce monde, le reste de sa vaste masse est cachée, enchaînée à une N-Forme, agitée derrière le mur dimensionnel. Hurlant d’être utilisée.

Il s’avance. Il saisit la poignée. Il se demande quels devraient être ses derniers mots. Il décide que des derniers mots sont inutiles. Il tire la poignée vers le bas, fermement.

Le Moment arrive.
L’univers chante.
La guerre s’achève.

Entouré de clarté, le Docteur voit le ciel au-dessus de lui s’ouvrir pour révéler, comme Bettan et les Forgerons de la Mort de Goth l’avaient prédit, l’événement final.

La Gallifrey Originelle convulse et roule dans les flammes. Ses anneaux concentriques de vaisseaux de guerre Dalek deviennent des silhouettes, puis des cendres, et puis –

Le Docteur tombe. Chaque atome autour de lui est aspiré vers le haut, vers le feu, mais lui seul est capable de tomber, sauvé -ou damné- par l’ombre du Moment. Au-dessus de lui, il sent le Verrou Temporel se solidifier, scellant la guerre hors cette réalité, et alors que son corps tombe hors de l’existence dans le plasma, puis dans le vide spatial, puis au-delà, le Docteur s’incline dans sa chute, la tête la première, les bras étendus, plongeant dans l’infinité.

Seul.
A moins que…
Là.
Quelque chose.
Tombant
Tourbillonnant ?

Un tourbillon de bleu. Ce fidèle bleu. Puis un rectangle blanc, s’élargissant, l’embrasure d’une porte, se rapprochant de lui ; et alors que les grincements familiers de moteurs anciens atteignent un crescendo, il pense : je rentre à la maison.

Le Docteur est étendu sur le sol du TARDIS. Ses os brisés par la chute, ses cœurs vidés par sa perte. Autour de lui, la salle de la console, cède, se déforme, tremble, toujours souffrante depuis la résurrection du Maître par le Haut Conseil, il y a longtemps de cela. Elle se languit d’une nouvelle forme. « Moi aussi », marmonne le Docteur avec un sourire sombre, même s’il sait que la régénération est impossible. Le moment a fixé son existence, et cette vie est la dernière.

Il se demande quel âge il a atteint au final. La Guerre du Temps a utilisé les années comme munitions ; à la seule Bataille du Mariage de Rodan, il avait vieilli de 5 millions d’années, avant de régresser jusqu’à n’être qu’un bébé pleurnichant, ses années tournant simplement en éclats d’obus. Maintenant la douleur dans ses os lui fait estimer… mille ans ? Bon. Disons 900, ça sonne mieux.

L’obscurité envahit son esprit et il se force à sourire, prêt, et pourtant jamais prêt pour la fin. Toujours pas de derniers mots.

Mais ensuite…
Est-ce possible… ?
Il le sent une fois de plus.

Cette vieille profonde agitation dans chacun de ses os, de ses muscles et de ses pensées. La joie. La terreur. Le changement, l’impossible changement !

Stupéfié, il lève ses mains. Regarde, fasciné, comment sa peau ondule d’un nouvel or curieux.

Bien sûr. Elle l’a piégé, juste à la fin. Son baiser final n’était pas un adieu, elle a marqué la Restauration à l’intérieur de lui. Son cycle de vie a été réinitialisé, un nouvel homme s’agite pour naître. C’est donc ça la signification de son dernier chant : un nouveau corps entier pour expier sa culpabilité. Peut-être même pourra-t-il lui aussi passer la Restauration à quelqu’un d’autre, un jour.

Soudain ils viennent, tous d’un coup, ses derniers mots. Il les dit d’une voix forte, mais il n’y a personne pour écouter, lui permettant de les imaginer et de les imaginer encore à nouveau, pour toujours.

Puis les noyaux de ses cellules se transformèrent en étoiles. Un volcan d’une dense, vicieuse énergie explose de sa nuque, de ses mains, de ses pieds, de ses entrailles, de ses cœurs, de son âme – Ça s’arrête.

Le Docteur se redresse. Le nouveau Docteur, le prochain Docteur, l’actuel Docteur. Il lève ses nouveaux doigts pour toucher sa nouvelle tête. Son nouveau menton. Son nouveau nez. Ses nouvelles oreilles. Il prend une profonde respiration dans ses nouveaux, secs, larges poumons. Il dit ses premiers mots.

« Ça alors ! »


©BeansOnToast 2020 : traduction en français par Léa pour BOT, relecture et corrections par Anne-Claire (admin).

Catégorie(s):